Le JDD du 15 Août 2018

“Pour viser large, nous proposons plusieurs gammes de téléphones, adaptées aux différents budgets”, explique Fares Al Mousli, directeur du développement du groupe. L’entrée de gamme, baptisée Griffe, correspond à des téléphones à partir de 59,90 euros, avec une puissance et un stockage limités. Une deuxième sélection, Plume, vendue entre 119,90 et 189,90 euros, propose plus de capacités sur la batterie, l’appareil photo ou l’espace de stockage. Les modèles Allure viennent compléter l’offre de la marque algérienne, avec un design plus léché, un écran plus grand et un double objectif photo. Tout en restant plutôt abordables : son modèle phare, l’Allure M3, est vendu 299,90 euros. “Nous sommes plus que satisfaits du lancement. En un mois, nous avons écoulé le volume de ventes que nous pensions atteindre en trois mois”, poursuit le dirigeant.

Incontournable dans les rues d’Alger

Quasi inconnu en France, Condor est un champion industriel au sud de la Méditerranée. Sa maison mère, le conglomérat Benhamadi, est active en Algérie depuis plus de cinquante ans. Il y emploie 15.000 personnes et réalise un milliard de dollars de chiffre d’affaires. Il est présent aussi bien dans la construction et l’agroalimentaire que dans l’électroménager grâce à sa branche Condor Electronics, spécialiste des téléviseurs, ordinateurs et téléphones.

Devenue incontournable dans les rues d’Alger comme dans les terres arides du Sud, la marque revendique 55% des parts du marché des smartphones dans le pays. “Nous avons développé notre branche téléphonie au lancement de la 3G en Algérie en 2013 et avons pleinement profité de la croissance du marché, explique Fares Al Mousli. Les composants sont chinois mais nous assemblons la majeure partie de nos téléphones sur notre site de production au sud d’Alger, au plus près de notre plus grosse zone de chalandise.”

La distribution, point faible de la stratégie d’implantation
Bien implanté dans seize pays d’Afrique et du Moyen-Orient, le leader algérien de la téléphonie écoule 27 millions d’appareils par an. En France, il affiche des objectifs ambitieux sur un marché déjà saturé dans l’entrée de gamme. Condor doit rivaliser avec les franco-chinois Wiko et Echo, mais aussi, depuis leur lancement au printemps 2018, avec Xiaomi et Oppo. L’Algérien prévoit d’écouler 500.000 exemplaires en 2019, soit près de dix fois plus que les ventes enregistrées par les deux nouveaux entrants. “C’est très ambitieux mais pas totalement impossible, juge Stéphanie Baghdassarian, associée au sein du cabinet Gartner, spécialisé dans la téléphonie. La proximité linguistique avec la France et la communauté algérienne présente sur place peuvent lui apporter un avantage que les derniers arrivants chinois n’ont pas.”

Reste la distribution, point faible de la stratégie d’implantation de l’entreprise dans l’Hexagone. Les smartphones Condor ne sont pour le moment disponibles que sur Amazon ou dans les boutiques spécialisées Welcom’ et Coriolis. “Nous cherchons à nous développer dans les supermarchés et à nouer des partenariats avec des opérateurs téléphoniques, mais rien n’est encore durablement établi”, confesse Fares Al Mousli.

En parallèle, l’algérien prévoit de s’attaquer aux marchés portugais, espagnol et italien au second semestre 2019. La création d’un design lab à Paris est également prévue l’année prochaine. Il devrait employer 50 personnes et aura pour objectif de “mieux cerner les besoins et les attentes des clients européens”, indique le dirigeant.

Lire intégralité de l’article de François Camps

https://www.lejdd.fr/Economie/telephonie-lalgerien-condor-a-la-conquete-de-la-france-3732134

Newsletter & Nouveautés